Sélectionner une page

Ouvertes du lundi au vendredi de 8h à 17h30, la halte-garderie Pimprenelle et Nicolas et la halte-garderie Polichinelle parviennent à accueillir près de 200 enfants en moyenne par an avec un contingent de 35 places. Une force et un véritable atout pour le quartier de l’Alma où les besoins d’accueil de la petite enfance sont très importants. Fortes d’une équipe de 19 professionnels, les haltes -garderies du Centre Social Alma déploient un projet éducatif ambitieux au service des familles et des besoins du territoire, dont la vocation première est guidée par l’intérêt supérieur de l’enfant. Lumière sur l’action éducative des professionnels de la Petite Enfance au Centre Social Alma !

L’accueil Petite Enfance dans le quartier de l’Alma : un besoin fort pour répondre aux enjeux sociaux du territoire

A Roubaix, comme ailleurs, trouver un mode de garde pour son enfant représente un enjeu aussi important que problématique tant les places sont prisées. Dans le quartier de l’Alma, toutefois, apporter une réponse à ce besoin constitue un enjeu stratégique pour faire progresser l’accompagnement social des familles et favoriser apprentissages et socialisation précoce des enfants.

Une place en crèche : beaucoup de demandes et peu d’élus

59,3% : c’est le taux d’accueil des enfants de moins de 3 ans en 2019 en France, dont 33 % proposées par les assistantes maternelles et 20,9% par les Etablissements d’Accueil des Jeunes Enfants. Avec un tel taux de pression, pas étonnant que le secteur d’activité soit en pleine croissance. Crèches collectives municipales, haltes-garderies, crèches parentales, jardins d’enfants, micro-crèches ou encore établissements multi-accueil : l’offre de service dans le domaine de la Petite Enfance se démultiplie sans parvenir à répondre à l’ensemble des besoins.

Malgré une politique Petite Enfance qui vise à développer l’offre de service pour l’accueil des 0 – 6 ans, obtenir une place en crèche demeure parfois problématique pour certaines familles, plus encore pour celles qui relèvent de situations sociales complexes.

En l’absence de législation sur le sujet, les familles qui ne peuvent financer qu’un nombre limité d’heures de garde figurent encore trop rarement en haut des listes d’attente de structures d’accueil privées dont la pérennité dépend de la viabilité de leur modèle économique.

Le projet Petite Enfance du Centre Social Alma : une réponse aux enjeux socio-économiques du quartier de l’Alma

Les haltes – garderies du Centre Social Alma ont développé une politique d’accueil inconditionnel.

En convention avec la CAF et la ville de Roubaix, les deux haltes – garderies du Centre Social Alma fonctionnent avec la Prestation de Service Unique qui permet d’appliquer une tarification horaire selon les revenus et la composition familiale et autorise les familles à très faibles ressources de bénéficier d’un mode d’accueil petite enfance. On estime en effet à 49 centimes d’euro de l’heure, le tarif médian de  participation financière des familles.

En 2020, ce sont près de 200 enfants qui ont bénéficié de l’accompagnement des professionnels du Centre Social pour un contingent de 35 places : on estime le taux d’occupation à plus de 90% pour une amplitude de 47h30 d’ouverture hebdomadaire. Ce chiffre s’explique par le fait que ces enfants sont majoritairement accueillis de manière partielle (pas tous les jours et pas toute la journée).

Dans les structures Petite Enfance du Centre Social, pas de liste d’attente mais une liste de demandes qui sont soigneusement étudiées par les responsables des deux haltes – garderies. Leur mission : décoder et évaluer l’urgence des besoins afin de s’inscrire au mieux dans l’accompagnement social global des familles. Orientés par la PMI, la CAF ou le CAMSP de Roubaix, certains des parents qui cherchent à inscrire leur enfant en crèche sont parfois dans un parcours d’insertion professionnelle. Ce sont alors souvent les accompagnants socio-professionnels du Centre Social qui ont appuyé leur demande pour leur permettre de reprendre une formation ou d’exercer une activité professionnelle.

Le Centre Social Alma assure une mission d’accompagnement socio-professionnel pour permettre aux personnes les plus éloignées de l’emploi de retrouver le chemin de l’insertion pro. Une réponse de plus aux problématiques des familles du quartier.

Agir dans l’intérêt supérieur de l’enfant : le moteur des professionnels du Centre Social Alma

Dans les deux structures, la philosophie d’accueil est la même : l’intérêt de l’enfant en premier.

Les responsables des deux crèches expliquent ainsi : « Nous recevons toutes les familles qui font une demande d’inscription et nous les écoutons attentivement, et dans leur singularité.»

Préserver l’intérêt de l’enfant, c’est d’abord et parfois leur ouvrir les portes d’un espace sécure : « Il existe parfois des familles du quartier (en particulier des primo-arrivants) qui vivent dans des logements exigus, où il y a beaucoup d’humidité, parfois des champignons, où ça manque de chauffage. Il y a alors urgence à accueillir leurs enfants, le temps que les parents fassent évoluer leur situation et accèdent à un meilleur environnement. »

Préserver l’intérêt de l’enfant, c’est aussi être attentif aux situations personnelles des parents : « Dans le dialogue qu’on engage avec les parents, on peut parfois repérer de vraies situations d’urgence, des parents qui doivent gérer des problématiques sociales tellement complexes qu’ils sont au bord de la rupture. Dans ce cas, accueillir leur enfant, c’est aussi leur permettre de souffler, parfois de se reposer, avoir du temps pour faire des démarches administratives de droit commun et, à terme, s’occuper de leur enfant de manière plus sereine. »

Le maître-mot de l’accueil et de l’accompagnement : la souplesse. Il faut s’adapter aux situations familiales et apporter le soutien nécessaire pour permettre aux parents de trouver leurs propres solutions : « Normalement, les parents doivent apporter les couches et les repas. C’est arrivé qu’on fournisse le repas chaud d’un enfant pendant plusieurs semaines. C’est ce qui a permis à la famille de faire évoluer la situation plus rapidement, sans pression. 1 mois plus tard, ils avaient trouvé un logement et résolu les urgences administratives et financières les plus pressantes. »

Les Haltes – Garderies du Centre Social Alma : Un projet éducatif ambitieux

Fortes d’une équipe de 19 salariés, dont 11 professionnels qualifiés, les haltes – garderies du Centre Social Alma déploient un projet éducatif qui repose sur deux axes :

  • L’accueil et l’accompagnement des enfants dans une visée de socialisation précoce
  • L’accueil et l’accompagnement des familles qu’on implique dans l’animation du projet

Enfants ET parents : l’un ne va pas sans l’autre.

La halte-garderie : un espace de socialisation précoce

Expression graphique, jeux d’imitation ou de construction, éveil sensoriel, sorties en extérieur, découverte et exploration de son environnement, parcours motricité, découverte de livres et de comptines, repas collectifs, développement de l’expression et du langage, travail de gestion et d’expression des émotions, développement des interactions entre adultes et enfants : autant d’activités qui permettent à l’enfant de se développer du point de vue affectif, cognitif, sensoriel et moteur.

L’objectif : l’aider à grandir de manière autonome, à s’épanouir et à s’insérer dans son environnement proche. Et ça marche, comme en témoigne la responsable de la halte-garderie Pimprenelle et Nicolas : « Cela fait plus de 23 ans que je travaille dans le quartier de l’Alma. J’ai assez de recul pour pouvoir dire que parmi les enfants que nous avons accueillis, on compte aujourd’hui des profs de maths ou de français, des cadres d’entreprise, des infirmiers. On associe souvent le quartier de l’Alma à une forme d’échec du point de vue social. Pourtant, il n’y a pas de fatalité. On voit plein d’enfants qui font des études et qui s’en sortent. C’est aussi ça l’Alma. »

La culture pour tous : une ambition portée par le Centre Social Alma, notamment dans le cadre de son dispositif DEMOS qui vise la démocratisation et l’accession à la culture classique pour les enfants du quartier.

Enfants et parents : un projet éducatif pensé pour impliquer les familles

La spécificité du projet éducatif des deux haltes – garderies est de penser « accompagnement global » et de miser sur l’implication des familles. Pour les professionnels, l’enjeu est aussi de mener une action éducative auprès des parents et les encourager à s’investir dans le parcours d’éveil de leur enfant.

Leur méthode ?

  • Multiplier les temps et points de rencontre avec les familles
  • Ouvrir les locaux aux adultes et les faire participer aux activités
  • Transmettre des outils pédagogiques faciles d’accès que les parents peuvent utiliser à domicile avec leurs enfants

« On voit l’enfant mais on pense de manière globale la famille et la parentalité. Il y a un va et vient permanent entre la structure d’accueil et la maison en termes d’outils et de propositions. Nous organisons par exemple des ateliers parents-enfants : à Pimprenelle, on les emmène dans la salle de motricité et on leur montre comment accompagner les enfants dans leur développement. On leur donne des idées de jeux ou d’activités qu’ils peuvent faire à la maison avec des objets du quotidien. A chaque période de vacances scolaires, à Polichinelle, l’enfant repart avec un KIT pédagogique. Dedans il y a des supports pédagogiques, des textes de comptines, des recettes, des idées de jeux et surtout il y a un livret-photo : c’est important car c’est un support de dialogue et de lien entre le parent et l’enfant. A l’espace Kassoumaï, on organise des temps de rencontres pour donner de l’information au niveau éducatif global : on parle sommeil des enfants, comment gérer les crises de larmes, comment sécuriser l’espace pour les tout-petits … Notre travail c’est d’accompagner les enfants mais notre spécificité, c’est de le faire en impliquant les parents, travailler la parentalité et faire en sorte qu’à la maison, les enfants soient sécurisés. »

Pour faciliter cet étayage, les réseaux sociaux et en particulier le compte Facebook du Centre Social Alma, est un outil précieux de transmission : tutos d’activités, vidéos de comptines, idées de recettes … autant de supports pour permettre aux parents de poursuivre le travail éducatif à la maison.

Des professionnels qualifiés : l’arme secrète des haltes -garderies du Centre Social Alma

L’équipe Petite Enfance du Centre Social Alma compte, à ce jour, 19 professionnels dont 5 Educatrices de Jeunes Enfants : un choix permettant à la structure de qualifier ses projets à destination des familles, notamment grâce au soutien financier de la CAF avec son Bonus « Mixité Sociale ».

L’ACI Petite Enfance, quant à lui, représente une véritable chance pour les crèches : les 7 personnes qui y travaillent participent au projet d’établissement, soutiennent l’activité et permettent, en outre, d’organiser des sorties avec un encadrement renforcé.

Venez découvrir ici l’Atelier Chantier d’Insertion Petite Enfance du Centre Social Alma : un dispositif pour permettre à des personnes éloignées de l’emploi d’acquérir une expérience et se qualifier dans le secteur de la Petite Enfance.

L’inscription territoriale des haltes – garderies au cœur du quartier de l’Alma

Implantées respectivement au Nord et au Sud du quartier de l’Alma, les haltes – garderies Polichinelle et Pimprenelle et Nicolas se situent au cœur du quartier, dans une logique de proximité et de lien avec les familles dont elles accompagnent les enfants.

Construire la relation de confiance avec les habitants du quartier

Pour les responsables des haltes – garderies, le lien «c’est la clé de tout». Le lien qui s’est créé au fur et à mesure des années, depuis l’ouverture des structures et par un phénomène de bouche à oreille, se trouve renforcé par la logique d’accueil, d’accompagnement et de collaboration avec les parents propre aux Centre Sociaux. Cette relation de confiance favorise l’accompagnement mené avec les enfants et constitue un levier important pour l’accompagnement social global des familles: «Le lien de confiance que nous avons établi avec les familles, le travail de collaboration que nous menons avec elles, ça permet de faire remonter beaucoup d’informations aux collègues. On peut alors accélérer les parcours d’accompagnement vers l’autonomie, la résolution des problématiques sociales, l’accès aux droits. On croise les savoirs, les compétences et on essaye de travailler dans une logique de transversalité avec nos collègues.»

Collaborer avec les partenaires éducatifs pour l’inclusion et la réussite scolaire

Les deux structures Petite Enfance du Centre Social Alma présentent une particularité : avoir été construites dans la proximité directe de deux écoles maternelles. Polichinelle se situe juste en face de l’école Elsa Triolet tandis que Pimprenelle et Nicolas se trouve directement accolée à l’école Blaise Pascal, partageant même des espaces communs telle que la salle de motricité. Une implantation qui n’a rien d’anodin puisqu’elle permet aux haltes – garderies de participer à la dynamique de scolarisation précoce des enfants développée par la Municipalité, dans le cadre de leur politique de réussite scolaire : «Nos haltes – garderies sont une porte d’entrée vers l’école. Nous essayons de développer notre collaboration avec les partenaires éducatifs afin de familiariser enfants et parents avec l’institution scolaire. A Pimprenelle et Nicolas, nous organisons deux ateliers par semaine à l’occasion desquels les enfants les plus grands vont dans la classe passerelle de l’école pour des activités autour du livre. Nous savons désormais que la scolarisation précoce des enfants réduit le taux d’échec scolaire. Notre travail à nous, c’est aussi de construire les conditions favorables à une inclusion scolaire réussie et épanouie, à la fois pour les enfants et pour les parents. »

S’inscrire dans l’histoire du quartier de l’Alma

Les structures d’accueil Petite Enfance du Centre Social Alma s’inscrivent au cœur du territoire de l’Alma. En ce sens, elles participent à créer et préserver du lien social comme l’illustre l’exemple de la crèche Polichinelle. Construite au même endroit que la résidence autonomie Fontenoy, les professionnelles avaient l’habitude de sortir les enfants sur la petite place attenante. Ils y rencontraient et interagissaient avec les personnes âgées de la résidence. S’inscrire au cœur d’un quartier, c’est aussi s’inscrire au cœur de son histoire, travailler à la transmission de l’histoire familiale à travers celle du quartier: « On a l’habitude de profiter de l’environnement naturel extérieur avec les enfants. Ça permet d’être repéré par les habitants, d’ouvrir les enfants à l’observation de la nature. Ça permet aussi aux familles de se saisir des ressources du quartier et du territoire : par exemple le parc Cassel ou les jardins d’éveil. Ce sont de véritables havres de paix pour les parents. Ce qui est intéressant, c’est qu’une fois sur place, il arrive que les mères se remémorent leur histoire au pays. Elles racontent. Ca développe le lien familial et le lien social. » Ainsi, et comme le conclue si bien la responsable de la halte-garderie Pimprenelle et Nicolas : « On parle souvent de précarité et d’exclusion à propos de l’Alma. Mais le quartier de l’Alma, c’est aussi un brassage des nationalités et des cultures, les anciens qui prennent soin des plus jeunes. Il y a beaucoup de beauté dans le quartier de l’Alma ! »